Le VIH, un rétrovirus humain, a été isolé en 1983 par Luc Montagnier et son équipe de l’Institut Pasteur de Paris à partir de ganglions lymphatiques d’un malade. Deux types de VIH ont été mis en évidence : le VIH-1, le plus répandu dans le monde et le plus virulent, et le VIH- 2, localisé principalement en Afrique de l'Ouest et certains pays d'Asie comme l'Inde. Mais des analyses plus fines montrent qu’il existe une variabilité importante du virus au sein de ces deux souches, lesquels se trouvent subdivisées en sous-types. Plusieurs virus de type différent peuvent coexister chez une même personne séropositive.




L’origine simienne du VIH-1 et 2 ne fait aujourd’hui plus aucun doute. De nombreux critères permettent d’affirmer que les petits singes mangabey infectés par le SIVsm (Simian Immunodeficiency Virus from sooty mangabeys) sont la source du VIH-2. Le SIVcpz (Simian Immunodeficiency Virus from chimpanzee) serait lui le parent du VIH-1. Il s'agit donc d'un rétrovirus à ARN qui utilise une transcriptase inverse (rétro-transcriptase) pour convertir son ARN génomique en un ADN, appelé provirus, qui est intégré dans le génome de la cellule cible. Lorsque le provirus est exprimé pour former de nouveau virions, la cellule se lyse. Le VIH est un virus bourgeonnant dont le génome a été caractérisé et la structure établie.