header ads

APPAREIL DE GOLGI -CH III- Cours de Biologie Cellulaire SVT S1

Attention! Ce text est protégé par des droits d'auteur. Sa diffusion, duplication, mise à disposition du public (sous quelque forme ou support que ce soit), mise en réseau, partielles ou totales, sont strictement réservées à Biologie Maroc.
Cours de Biologie Cellulaire S1 | Chapitre III : APPAREIL DE GOLGI
Cours de Biologie Cellulaire S1 | Chapitre III : APPAREIL DE GOLGI

I- Structure et biogenèse

La découverte de cet organite revient au biologiste italien Camillo GOLGI (prix Nobel 1906). Actuellement il porte son nom : appareil de Golgi (AG). Il est constitué d’un ensemble de citernes ou saccules aplatis parallèles associés à des vésicules de sécrétion. Les saccules d’un dictyosome sont au nombre de 4 à 8 et il peut y avoir une connection entre les lumières de deux saccules voisins. 
L’appareil de Golgi est une structure polaire avec deux faces : 

* Une face externe ou face cis au voisinage du RE. A ce niveau il y a bourgeonnement d’une région spécialisée du RE pour donner des vésicules de transition. Ces derniers vont passer à travers le réseau cis golgien et vont fusionner à un type membranaire selon leur contenu.

* Une face interne ou face trans formée de saccules plus dilatés. A sa périphérie se trouve un réseau trans golgien par le quel sortent les molécules soit vers les lysosomes ou les vésicules de sécrétion ou la surface cellulaire. 

Il est à noter que l’appareil de Golgi est très développé chez les cellules spécialisées dans la sécrétion (cellules calciformes de l’épithélium intestinales). 

II- Composition chimique 

Les membranes de l’AG contiennent 35 à 40% de lipides (surtout des phospholipides) et moins des protéines que le RE (60 à 65%). L’originalité de l’AG revient au faite qu’in renferme un nombre important de glycosyltransférases, de sulfotransférases et des phosphotransférases. L’AG présente une polarité biochimique puisque les deux faces de l’AG sont biochimiquement distinctes. 

III- Rôle de l’AG 

Les principales fonctions attribuées à l’AG sont la glycosylation, la sulfatation, la sécrétion et production des hormones. 
a- La glycosylation des protéines 
L’AG reçoit des protéines partiellement glycosylées dans le RE et qui vont subir d’autres remaniements dans ces saccules c’est la phase d’élongation et de terminaison de la glycosylation dont les étapes sont résumées comme suit : 
- Elimination de 3 résidus de mannose 
- Addition d’1 résidu de NAG 
- Elimination de 2 résidus de mannose 
- Addition de 2 résidus de NAG, 3 galactose, 3 acides sialique (N-acetylneuraminique NaNa) chargé négativement. 

La glycosylation aboutit à deux types d’oligosaccharides : 
* Les oligosaccharides complexes contenant des résidus de NAG, mannose, galactose, fucose et acide sialique. 
* Les oligosaccharides simples riches seulement en NGA et les mannoses. 
Parfois on peut trouver les 2 types dans la même protéine : la thyroglobuline. 

Importance de la glycosylation 
- aide les protéines à résister aux protéases 
- constitue l’enveloppe protectrice des cellules 
- permet les processus d’adhérence cellulaire 

b- La sulfatation
Il s’agit d’une addition des radicaux sulfates à une glycoprotéine donnant un mucopolysaccharide. Elle se fait en 2 étapes : 
1ère étape : activation du sulfate par l’ATP à l’aide d’une ATP sulfurylase 
ATP + sulfate -----------------> A-5’-phosphosulfate (A-5’-P-S) + Pi 
A-5’-P-S + ATP ---------------> 3’-Phosphoadénosine-5’-P-S (PAPS) + ADP 
                           ATP sulfurylase 

2ème étape : Transfert du sulfate par une sulfotransférase 
PAPS + Glycoprotéine ----------> Glycoprotéine sulfatée + 3’-P-Adénosine-5’-P (PAP) 

c- La sécrétion cellulaire 
Dans certaines cellules les protéines sont sécrétées de manière continue (production de phanères par les cellules de la peau). Dans d’autres elles sont stockées dans des grains de sécrétion et leur libération dépend d’un stimulus nerveux ou signal hormonal (enzymes du pancréas exocrine). 

d- La production de membranes 
Le phénomène de renouvellement membranaire se fait d’une façon directe par synthèse des glycoprotéines, glycolipides, et des polysaccharides. Il se fait aussi par fusion de la membrane des vésicules de sécrétion avec la membrane plasmique.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires